RÉSIDENCE MARGOLLÉ : “RÉHABILITER ET PRÉSERVER NOTRE PATRIMOINE”

RÉSIDENCE MARGOLLÉ : “RÉHABILITER ET PRÉSERVER NOTRE PATRIMOINE”

Les travaux entrepris sur la résidence Margollé avancent à grands pas pour la plus grande satisfaction des résidents. Une satisfaction partagée par TOH comme nous l’explique le Directeur Général de l’entreprise, Hans Ryckeboer :

 

A droite, futur visage de la résidence Margollé.

 

POURQUOI UN TEL CHANTIER ?

« Ce chantier fait suite à une enquête de nos services. Il avait été constaté certains dysfonctionnements, une vétusté de cette résidence. Ces travaux évoquent bien la volonté qui nous anime de préserver notre patrimoine mais aussi d’être bien présents à travers les quartiers relevant de la politique de la ville.  

Si à ce jour Mollien pouvait être une référence en matière de rénovation-réhabilitation, demain, croyez-moi, ce sera Margollé. Et les autres résidences proches, à l’image du Minck, suivront dans le futur.  

Il faut insister sur le fait que nous investissons plus de 5 millions d’€ sur ce bâtiment soit environ 112.000 € par logement : c’est considérable. »

 

UN CHANTIER SYNONYME DE MEILLEURE QUALITE DE VIE ?

« Cette résidence d’une hauteur urbaine R+4, a été construite au tout début des années 60 et elle abrite aujourd’hui 45 logements. Terre d’Opale Habitat s’est engagé de longue date dans la réhabilitation de son parc avec une attention toujours plus grande à la question des économies d’énergie et de la maîtrise des charges. Mais au-delà du gain énergétique et donc économique pour les locataires, c’est bien la qualité de vie au sein de l’habitat social qui bénéficie de ces améliorations. »

 

DES TRAVAUX AUSSI POUR MIEUX FIDELISER LES LOCATAIRES ?

« Oui bien entendu. Aujourd’hui, nos travaux portent leurs fruits et nous en sommes particulièrement fiers. Notre taux de départ tout comme notre taux de vacance est faible, c’est une preuve de la fidélité et d’un certain bien-être de nos locataires alors que l’offre est large sur notre secteur avec d’autres bailleurs.