LA VOCATION DU LOGEMENT SOCIAL : PROPOSER UNE OFFRE DE QUALITÉ

LA VOCATION DU LOGEMENT SOCIAL : PROPOSER UNE OFFRE DE QUALITÉ

Aujourd’hui, le logement est une préoccupation essentielle des français et un besoin fondamental pour chacun. Ainsi, dans un environnement instable, favorisant la croissance de la précarité dans les couches modestes de la population, la vocation première du logement social est de proposer une offre de qualité à ceux qui ne peuvent prétendre à un logement décent dans le parc privé. C’est une équation simple : Logement confortable + Loyer abordable = Hlm

Si 85% des locataires vivant en Hlm se déclarent satisfaits de leur logement, les Hlm continuent pourtant de souffrir de préjugés. Parmi ces derniers, on retrouve la crainte d’un coût pour l’Etat et les contribuables, l’idée de logements au rabais, ou encore d’un accès réservé à des privilégiés. Alors info ou intox ?

 

Subventionné totalement par l’Etat ?

Ces idées préconçues proviennent le plus souvent d’une méconnaissance du fonctionnement des Hlm. Pour prendre l’exemple du financement des logements sociaux, il convient de rappeler qu’un logement social neuf est, pour l’essentiel (77%), financé par des prêts à très long terme. Ce sont les loyers, qui au fil des ans, permettent de rembourser ces prêts. Le montant total des loyers, alors supérieur au prêt contracté, permet de nourrir les fonds propres des organismes Hlm, qui réinvestissent alors cet argent dans le logement social et en financent en moyenne 16%. Dans le cadre du logement social neuf, les subventions de l’Etat ne représentent ainsi que 2% du financement moyen !

 

Des logements au rabais ? Des passoires thermiques ?

Pour ce qui est d’un logement « au rabais », l’idée a été en grande partie alimentée par l’image des grands ensembles construits dans les années 50/60. La réalité est aujourd’hui toute autre : les logements sont souvent spacieux et bien équipés, situés en majorité dans des petits et moyens immeubles voire des maisons individuelles. Nombreuses sont aussi les normes à respecter en termes de santé, de sécurité, de confort ou de performance énergétique. Une récente enquête a démontré que les logements HLM affichaient également  30% de consommation en énergie primaire en moins par rapport aux autres types de logements « classiques ».

 

Les attributions ?

L’accès au logement se fait sur critères sociaux privilégiant, si ion peut vraiment employer le terme privilège,  les ménages aux ressources les plus faibles. 50% des locataires Hlm font ainsi partie du la fraction la plus modeste de la population. Les loyers sont d’ailleurs fonctions des ressources des locataires mais également de la composition familiale et de la localisation du logement. On distingue ainsi les PLAI, logements sociaux aux loyers les plus bas pour les personnes les plus modestes, des PLS dont les loyers sont les plus élevés, et les PLUS, tranche intermédiaire.

 

Des logements à vie

Autre idée préconçue, le fait que les HLM sont “des logements à vie”, que les bailleurs sociaux ne proposent pas que des logements locatifs. Il est vrai que si l’accession à la propriété ou la vente de logements HLM restent encore limitées (20.000 accessions en 2019), il est faux de penser qu’une fois entré dans un appartement, on y soit « condamné » à y passer toute sa vie. Terre d’Opale Habitat en est bien la preuve du contraire avec ses différents parcours résidentiels, ses offres de relogement si la famille s’agrandit ou encore son accompagnement une fois le « grand âge » venu.

 

Un modèle dépassé ?

Certains détracteurs du logement social n’hésitent pas à affirmer que le monde Hlm est un modèle dépassé ! A voir le dynamisme et l’esprit d’entreprise qui animent les acteurs du mouvement Hlm, il est difficile de voir dans le monde du logement social, un modèle usé par le temps. Bien au contraire, le logement Hlm est en constante mutation, s’adaptant aux nouvelles demandes des locataires, aux exigences des territoires et à l’évolution des tendances en matière de logement.

 

Au service de l’intérêt général

Il faut savoir que l’Hlm, c’est avant tout plus de 10 millions de locataires partout en France et plus de 1,2 million en région Hauts-de-France. Véritable bouclier social protégeant les ménages de la pauvreté, de l’isolement, de la rue…, il est un rempart face à l’exclusion d’une société parfois peu encline à la solidarité. De plus, le mouvement Hlm est un acteur essentiel favorisant l’accession à la propriété, démocratisant une ambition partagée par de nombreux locataires.

Soucieux d’adapter son offre aux nouvelles demandes des locataires, le mouvement Hlm est un acteur solide, partenaire des collectivités, qui s’implique au plus près des territoires, évoluant avec son temps pour répondre aux défis sociaux, et innovant par vocation pour correspondre aux nouvelles exigences environnementales.

Loin d’être dépassée, usée, la famille HLM se veut plus que jamais au service de l’intérêt général, celui d’un pays mais encore d’une population plaçant toute sa confiance en lui.