Interview de MR.Ryckeboer

Interview de MR.Ryckeboer

𝘑𝘰𝘶𝘳𝘯𝘢𝘭𝘪𝘴𝘵𝘦 : Bonjour Monsieur Ryckeboer, merci de prendre le temps de nous accorder cette interview. Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer en quoi consistent les clauses d’insertion mises en place lors des appels d’offres de travaux de réhabilitation dans les quartiers prioritaires de Calais, tels que le Beau-Marais, le Fort-Nieulay, Saint Pierre et les Cailloux ?

Hans Ryckeboer : Bonjour, je suis ravi d’être ici. Les clauses d’insertion que nous intégrons dans nos appels d’offres de travaux de réhabilitation visent à favoriser l’insertion professionnelle des personnes en difficulté, d’autant plus s’ils résident dans nos logements. Ces clauses imposent aux entreprises candidates de recruter et d’accompagner des demandeurs d’emploi locaux dans le cadre des marchés que nous lançons.

𝘑𝘰𝘶𝘳𝘯𝘢𝘭𝘪𝘴𝘵𝘦 : Pouvez-vous nous parler des partenaires insertion, notamment La Fabrique Défi et France Travail, qui interviennent dans ce processus d’insertion professionnelle ?

𝗛𝗮𝗻𝘀 𝗥𝘆𝗰𝗸𝗲𝗯𝗼𝗲𝗿 : Bien sûr. La Fabrique Défi et France Travail sont des partenaires clés dans notre démarche d’insertion. Ils jouent un rôle essentiel en identifiant des profils adaptés parmi les demandeurs d’emploi locaux et en les accompagnant tout au long du processus. La Fabrique Défi, par exemple, propose des formations professionnelles ciblées, tandis que France Travail assure un suivi personnalisé pour maximiser les chances de réussite des personnes en insertion et vis et versa.

𝘑𝘰𝘶𝘳𝘯𝘢𝘭𝘪𝘴𝘵𝘦 : Quels sont les avantages concrets de ces clauses d’insertion, tant pour les demandeurs d’emploi que pour les habitants de notre territoire ?

𝗛𝗮𝗻𝘀 𝗥𝘆𝗰𝗸𝗲𝗯𝗼𝗲𝗿 : Les avantages sont multiples. Tout d’abord, pour les demandeurs d’emploi, cela représente une opportunité réelle d’accéder à un emploi stable et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour développer leurs compétences. Pour les locaux, cela signifie que les projets de réhabilitation contribuent non seulement à améliorer les quartiers prioritaires, mais aussi à renforcer le tissu social en favorisant l’emploi local.

𝘑𝘰𝘶𝘳𝘯𝘢𝘭𝘪𝘴𝘵𝘦 : Vous avez mentionné que l’insertion des publics en difficulté est une préoccupation majeure, surtout s’ils sont locataires chez Terre d’Opale Habitat. Pouvez-vous nous en dire plus sur les initiatives spécifiques mises en place pour ces locataires ?

𝗛𝗮𝗻𝘀 𝗥𝘆𝗰𝗸𝗲𝗯𝗼𝗲𝗿 : Absolument. Nous accordons une attention particulière aux locataires en difficulté. En plus des clauses d’insertion dans les appels d’offres, nous contribuons à des programmes spécifiques d’accompagnement, portés par nos partenaires comme France Travail ou La Fabrique Défi, pour les locataires qui souhaitent se réinsérer professionnellement. Nous croyons fermement que l’emploi est un levier essentiel pour favoriser l’inclusion sociale et l’épanouissement personnel de nos locataires.

𝘑𝘰𝘶𝘳𝘯𝘢𝘭𝘪𝘴𝘵𝘦 : Enfin, pouvez-vous nous donner une idée des chiffres ou des résultats obtenus grâce à ces initiatives d’insertion professionnelle au fil des années ?

𝗛𝗮𝗻𝘀 𝗥𝘆𝗰𝗸𝗲𝗯𝗼𝗲𝗿 : Chaque année, ce sont des dizaines de milliers d’heures d’insertion qui sont dispensées auprès des publics en difficulté grâce à ces initiatives. Nous avons pu constater une augmentation significative du taux de réussite d’insertion professionnelle, ce qui témoigne du succès de notre approche collaborative avec nos partenaires et des bénéfices concrets pour les habitants de notre territoire. Ces chiffres nous encouragent à poursuivre et renforcer nos actions en faveur de l’insertion.